Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

 

Un triste spectacle et des odeurs nauséabondes polluent depuis des années le quotidien des T'maris qui habitent près de la Kasbah Ismaélienne de la ville de Témara.

 

Des personnes peu scrupuleuses confondent les murs de la Kasbah Ismaélienne, ce plus grand monument historique de la ville de Témara, avec les toilettes publiques et les dépôts d'ordures. Elles abandonnent leurs immondices sur la route menant vers le centre de la ville… Les autorités locales, jamais là pour les arrêter et veiller sur la propreté des lieux !  

 

Le crachat, l'urine, les excréments, les cannettes de bière, les bouteilles d'alcool et le reste des ordures éparpillés sur le sol dénaturent ce lieu historique censé être un endroit sacré et propre. Les verres des bouteilles d'alcool jonchent tout le terrain avec tout le risque que cela pourrait engendrer si des enfants découvraient ces ordures.

 

La situation est dangereuse et étonnante… Mais le plus dangereux et le plus étonnant, c'est cet aveuglement des responsables de la ville qui laissent cet endroit inondé d'ordures. Cette passivité de ces dirigeants qui s'en foutent royalement de la santé et la sécurité des T'maris qui habitent près de la Kasbah, des passants et surtout des enfants, est hallucinante !  

 

A cause de cet aveuglement, cette passivité, ce je-m'en-foutisme des responsables locaux, la Kasbah Ismaélienne censée attirer les touristes et les fans des sites historiques à la ville de Témara, s'est transformée à un danger endémique aussi bien pour la population que pour l'environnement. Au lieu de voir la Kasbah ouvrir ses portes aux visiteurs, ce monument historique est devenue une porte ouverte à la prolifération de la vermine et autres maladies.

 

Cette situation intenable a provoqué un sentiment de colère chez les T'maris qui habitent près de la Kasbah Ismaélienne. Ces habitants souffrant, depuis longtemps, de l'amoncellement des ordures près de leur lieu d'habitat, ont écrit à plusieurs reprises aux autorités concernées. Mais malheureusement, leurs initiatives et leurs missives sont restées lettre morte.

 

Selon l'article 609 du code pénal marocain : "Sont punis de l'amende de 10 à 120 dirhams ceux qui jettent ou déposent sur la voie publique des immondices, ordures, balayures, eaux ménagères ou autres matières de nature à nuire par leur chute, ou à produire des exhalaisons insalubres ou incommodes".

 

A cause de l'aveuglement, la passivité et le je-m'en-foutisme des responsables locaux, l'objectif qui anime cet article 609 ne sera jamais atteint. Irresponsables, ils ne vont jamais remédier à ce problème, sauf si miracle se produit à l'approche des prochaines élections… c'est là que tout le monde bouge pour draguer les électeurs et s'assurer leurs voix.